Réflexions sur « La Grande Belezza » de Paolo Sorrentino

la-grande-bellezza-veritable-affiche-de-cinema-pliee-format-120x160-cm-de-paolo-sorrentino-avec-toni-servillo-carlo-verdone-sabrina-ferilli-carlo-buccirosso-iaia-forte-pamela-villores-2013-947167378_m

C’est toujours amusant de voir les critiques officiels de cinéma se tromper de tout au tout sur un film. « Une déclaration d’amour à Rome », « le cinéaste nous emmène vers le paradis »…

Quiconque connaît un peu Sorrentino sait que c’est un tragique, voire un pessimiste (c.f. son jouissif roman traduit en français « Ils ont tous raison »). Toute l’oeuvre de Sorrentino ne peut nous tromper sur cela.

Ce qui est frappant dans ce film, c’est bien la déconnexion entre la beauté irréelle de Rome et ses habitants, notamment ses élites. Encore une fois, certains critiques se trompent en nous parlant de Berlusconi et de la société berlusconienne corrompue, le politicien n’est jamais abordé dans le film, et ce serait réduire « La Grande Belezza » à une oeuvre de polémique politicienne, ou de volonté sociologisante à la française.

C’est bien le thème de la décadence romaine, de la décadence latine qu’aborde ici Sorrentino. Ceci est absolument évident.

Oui il aime Rome, ne cesse de montrer à la fois la beauté irréelle, antique de ces monuments ; bien sûr que la beauté de beaucoup de séquences est évidente. Mais, sans cesse, il la compare à la laideur, la paresse, la folie de ses contemporains, folie qui semble à la fois géniale et profondément désespérée.

Enumérons ici tous les preuves qui peuvent se rattacher à l’idée du thème de la décadence dans ce film. A bien y regarder, quasiment toutes les scènes nous parlent de cela.

  1. Quand il nous montre une statue de déesse, il la compare au corps siliconé de l’amante de Gep Gambardella.
  2. L’affiche du film offre d’ailleurs une interprétation évidente : moi, moderne, Gep Gambardella, je m’appuie de manière sophistiquée sur une statue de divinité colossale antique. Regardez comme je suis petit vis-à-vis de l’idéal antique du surhomme, un des Dieu antique.
  3. La vieille prêtresse chrétienne qui agonit, image d’une christianisme mourant.
  4. La scène de la discussion où Gambardella remet à sa place une de ses amies en lui rappelant qu’elle aussi, comme lui, a raté sa vie
  5. Les scènes de fête, image d’une société corrompue et idiote.
  6. L’artiste post-moderne qui se scarifie et essaie vainement de trouver des arguments artistiques devant un Gep ironiquement méchant, symbole de la décadence de l’art du spectacle. De même que l’ami de Gep, artiste lui aussi raté, essayant de vainement s’en sortir par l’écriture d’une pièce.
  7. Le voisin de Gep finissant par se faire choper pour corruption, alors qu’on pensait qu’il était d’une normalité absolue
  8. La tentation du personnage principal de rêver sa vie, image d’une impossibilité de la concrétiser. Il se souvient de son amour de jeunesse. Sur son lit, le matin, il voit sur le plafond une image de mer paradisiaque, symbole du fait qu’il a envie d’échapper à sa vie.
  9. Enfin, autre forte idée venant conforter notre thèse, le fils de Gep, véritable fou et décadent notoire, certainement homosexuel, que le père affecte d’aimer, et qui finit par se suicider en voiture.

Quiconque connaît un peu la culture latine et italienne peut y reconnaître la tendance de fonds que ce film aborde, en y ajoutant un chapitre magnifique. Ceux qui liront « Ils ont tous raison » du même Sorrentino verront que c’est une autre variation sur ce même thème. Enfin, un autre cinéaste italien qui nous est contemporain, Paolo Virzi, montre également dans ces films, même s’il est plus naïf et moins conscient que Sorrentino, une idée de la société italienne, devenue folle, morbide et corrompue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s