Pastoral

Berger grec au bord de l’étang

Il regarde la bouche formé par le temps

Sur les bords, de l’herbe fleurit

De l’Amour, il est épris

Il ne sait quoi dans l’Air est doux

Ses yeux se plissent sous le redoux

Il songe aux filles là-bas en ville

Il devient mélancolique, il rêve d’idylle

Il aimerait à la place de son troupeau de chèvres

Un groupements de jeunes grecques

Assises à écouter son air de flûte

Et à chanter son amour brute

hippolyte-flandrin-jeune-berger-assis-1834

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s