Le Décadent antique

« Amenez-à moi les grappes innombrables qui pendent aux cou des vignes

Fermentez pour moi le meilleur des vins, doré au soleil, dans ces caves noblement putrides

Le vin se déversera chaudement sur mes yeux caves, mon âme languide

Ajoutez y des saucisses de porcs, cela ne sera pas trop indigne

Quelques Gitons à mon service

Pour satisfaire mes beaux vices

Et une Matrone un peu fripé,

Les vieilles peaux sont toujours plus salées

Une flûte de Pan et un jongleur

Ajouterons dans l’ivresse tapageur

Une divine allégresse

Un rythme ravageur

Egorgez devant moi quelques moutons

La vue de ce sang chaud fait bondir ma chair

Ravit mon sang fatigué, je suis un frippon

Une fin-de-race qui a besoin de sa dose de cruauté sévère »

giton-antiquie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s