Émile Zola sur les Thermes de Caracalla

« L’après-midi, je suis allé aux thermes de Caracalla. C’est l’édifice gigantesque et inexplicable. Deux vestibules immenses, avec des parties de pavé en mosaïques bien conservées. Un frigidium, avec l’indication d’une piscine où pouvaient se baigner à la fois cinq cents personnes. Un tepidarium très vaste aussi, et un caldarium de même, avec, à côté, tout le système des fours à chauffer encore visible. Et toutes sortes de dépendances dont on ignore l’usage.

Mais l’extraordinaire, c’est la hauteur des salles, l’épaisseur des murs, la masse effroyable du monument. Aucun de nos châteaux forts du Moyen Age n’a été bâti avec cette masse cyclopéenne. Des massifs de briques et de ciments extravagants. Il faut ajouter que tout cela était recouvert de marbres précieux, orné de statues. Un luxe écrasant dans l’énormité.

Pour quelle civilisation colossale ? Les personnes qui passent y ont l’air de fourmis. On dirait aujourd’hui des rochers frustes, des matériaux agglomérés, entassés, pour des demeures de Titans. »

Zola, Voyage à Rome, 1894

thermes-caracalla-reconstitution

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s