Trésors Poétiques. La Parisienne croquée par Jules Lemaître

On connaît Jules Lemaître comme brillant critique littéraire « impressionniste » de la fin du XIXème siècle. Moins connues sont ses oeuvres poétiques, pourtant admirables, d’une précision de graveur et d’un raffinement exquis. Lemaître, ici, dans ses portraits de femmes, croque la Parisienne frivole de la Belle Epoque.

PARISIA

Le caprice a pétri le bout de nez qu’elle a ;

Le caprice endiablé sous son front caracole ;

Le caprice a taillé son corsage qui colle,

Ses chiffons compliqués, son pouf à tralala.

Je ne sais que penser de cette fille-là,

Et la mobilité de ses yeux me désole.

Elle est boulevardière et fait des mots. La folle

Raille le sentiment et lit monsieur Zola.

Bonne et franche d’ailleurs, Mais quoi ! cette étourdie

Aime à l’excès le bal, le sport, la comédie,

Et dans son tourbillon m’emporte sans me voir.

J’adore cette enfant, et c’est là mon martyre :

Elle n’a pas le temps de s’en apercevoir

Et ne me laisse pas le temps de le lui dire.

Jules LemaîtreLes Médaillons, A.Lemerre, Paris, 1880.

Jules_Lemaître_-_Project_Gutenberg_eText_17662

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s